invite


invite

invite [ ɛ̃vit ] n. f.
• 1767; de inviter
1Jeux de cartes, vx Appel.
2(fin XIX e) Invitation indirecte plus ou moins déguisée (à faire qqch.). « l'invite à la riposte » (Courteline). « C'était une invite à le laisser » (A. Gide). Une invite discrète. Je n'ai pas cédé à ses invites.

invite nom féminin Action de jouer une carte pour engager la partie. Manière adroite de pousser quelqu'un à faire quelque chose : Céder aux invites de quelqu'un.

invite
n. f. Appel discret (à faire qqch).

INVITE, subst. fém.
I. — JEUX. Carte que l'on joue au whist de manière à faire connaître son jeu à son partenaire et l'engager à l'appuyer :
1. Caroline (...) donne un coup de côté sur sa robe comme pour opérer une séparation. Ce mouvement-là, certaines femmes l'accomplissent avec une impertinence provocante; mais il a deux significations : c'est, en terme de whist, ou une invite [it. dans le texte] au roi, ou une renonce. En ce moment, Caroline renonce.
BALZAC, Ptes mis., 1846, p. 66.
II. — Synon. de invitation.
A. — [Correspond à invitation A] Je reçois d'un des miens une invite à dîner (BARBIER, Satires, 1865, p. 65). Il n'eut pas l'air gêné par la présence de Petit Pouce et lui fit un signe que celui-ci interpréta comme une invite à s'asseoir à leur table (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 123).
B. — 1. [Correspond à invitation B 1] J'ai toujours évité les noms de famille dans mes pièces et presque toujours dans mes livres. Ils me gênent comme une invite trop pressante à pénétrer chez des inconnus (COCTEAU, Diff. d'être, 1947, p. 211) :
2. Hier, sur l'invite du Gouvernement, on a avancé toutes les pendules d'une heure. On n'imaginerait pas le nombre d'inepties que cette décision a fait dire. On trouvait à parler là-dessus des heures durant.
GIDE, Journal, 1916, p. 556.
En partic. Geste ou signe d'appel. Invite amoureuse :
3. ... je pense à autre chose, à rien plutôt, fixant la bouche grasse et rieuse de la femme qui me fait face. Croit-elle à une invite? Elle est déjà près de moi, se fait collante.
CAMUS, Env. et endr., 1937, p. 85.
2. Au fig. [Correspond à invitation B 2] Évidemment celles [les moniales] qui ont vieilli dans le monastère méprisent ces appels, ces invites à la vie [du chemin de fer voisin] (HUYSMANS, Cathédr., 1898, p. 356).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1767 jeux « carte que l'on joue pour faire connaître son jeu à son partenaire » (DIDER., Salon, Œuvr., t. XIV, p. 194 ds POUGENS, ds LITTRÉ); 2. 1862, mars « invitation à faire quelque chose » (GONCOURT, Journal, p. 1025). Déverbal de inviter. Fréq. abs. littér. : 96.

invite [ɛ̃vit] n. f.
ÉTYM. 1767, Diderot; de inviter.
1 Jeu de cartes. Vx. Carte qu'on joue (appel), pour faire connaître les éléments de son jeu à son partenaire, et l'inviter, s'il fait la levée, à jouer dans la même couleur. || Faire une invite au roi, dans une partie de boston, de whist.
2 (1875). Invitation plus ou moins déguisée (à faire qqch.). Appel (du pied). || Résister aux invites d'un galant. Attaque, exhortation. || Une invite à qqch., à faire qqch. || Des invites pressantes.Sur l'invite de qqn, d'une autorité. Ordre; consigne.
1 (…) l'appel du tic au tac, l'invite à la riposte, le mot qui en appelle un autre et entrebâille la porte à la discussion (…)
Courteline, Boubouroche, Nouvelle, V.
2 — On va sonner pour le dîner et je ne serai pas prêt ! C'était une invite à le laisser (…)
Gide, Isabelle, p. 80.
Spécialt. Signe d'appel galant, érotique. || Invite amoureuse. || Des invites claires, non déguisées. || Croire à une invite.
(Compl. n. de chose). || Les invites du plaisir, de l'inconnu de l'aventure. Attrait. || Céder, résister aux invites de…

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • invité — invite [ ɛ̃vit ] n. f. • 1767; de inviter 1 ♦ Jeux de cartes, vx Appel. 2 ♦ (fin XIX e) Invitation indirecte plus ou moins déguisée (à faire qqch.). « l invite à la riposte » (Courteline). « C était une invite à le laisser » (A. Gide). Une invite …   Encyclopédie Universelle

  • invite — in‧vite [ɪnˈvaɪt] verb [transitive] 1. to offer someone the opportunity to do something: invite somebody to do something • Contractors will then be invited to tender for the work. • Applications are invited from suitably qualified candidates. •… …   Financial and business terms

  • invite — invite, bid, solicit, court, woo are comparable when they mean to request or encourage a person or a thing to come to one or to fall in with one s plans or desires. Invite in its ordinary and usual sense implies a courteous request to go… …   New Dictionary of Synonyms

  • Invite — In*vite , v. t. [imp. & p. p. {Invited}; p. pr. & vb. n. {Inviting}.] [L. invitare: cf. F. inviter. See {Vie}.] [1913 Webster] 1. To ask; to request; to bid; to summon; to ask to do some act, or go to some place; esp., to ask to an entertainment… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Invite — Жанры металкор электроника Годы 2005 наши дни Страна …   Википедия

  • invite — noun (with the stress on the first syllable). This is a good example of a word that has been in more or less continuous use since the 17c but has not attained the acceptability afforded to its rival, invitation. Dr Johnson must have known it but… …   Modern English usage

  • invité — invité, ée (in vi té, tée) part. passé d inviter. Les personnes invitées au bal. •   Qu invité chez la reine, il ait soin de s y rendre, RAC. Esth. II, 7.    Substantivement. Quel est le nombre des invités ? …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • invite — [in vīt′; ] for n. [ in′vīt΄] vt. invited, inviting [Fr inviter < L invitare < in , IN 1 + ? IE base * wei , to go directly toward, chase after > L via & OE wæthan, to hunt] 1. to ask courteously to come somewhere or do something;… …   English World dictionary

  • Invite — In*vite , v. i. To give invitation. Milton. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • invite — index call (appeal to), call (summon), motivate, offer (propose), proffer, request …   Law dictionary